Partagez | 
 

 ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Ven 18 Mai - 11:19


Birdy Andréas Dickens
CREDITS.tumblr
« On la connaît tous, cette solitude qui nous mine parfois. Qui sabote notre sommeil ou pourrit nos petits matins. C'est la tristesse du premier jour d'école. C'est lorsqu'il embrasse une fille plus belle dans la cour du lycée. C'est Orly ou la gare de l'Est à la fin d'un amour. C'est l'enfant qu'on ne fera jamais ensemble. C'est quelquefois moi. C'est quelquefois vous. Mais il suffit parfois d'une rencontre ... »

nom → dickens ; prénom(s)→ birdy, andréas ; âge → vingt deux ans ; traits de caractère → pétillante, complètement impulsive, parfois lunatique, déterminée, un brin romantique, bien trop franche, manque de tact, a le sang chaud, jalouse, sensible, ironique, très à l’écoute, passionnée ; pire défaut → sa trop grande impulsivité, elle réagit au quart de tour, s’enflamme très vite et rencontre quelques difficultés à se contrôler quand ses émotions prennent le dessus ; meilleure qualité → certainement son oreille attentive, elle sait écouter mieux que quiconque. si elle ne canalise pas toujours ses actions elle sait en revanche se montrer particulièrement calme, posée et de bon conseil lorsqu’il s’agit d’autrui. doux paradoxe ; groupe → petite pluie abat grand vent ; avatar → Teresa Palmer ; que pensez-vous de ce fameux jeu téléphonique ? → Loin d’être superstitieuse, Birdy ne s’attendait pas à être autant affectée par ce test. Malheureuse, meurtrie, elle a tenté l’expérience de youreMATCH ne s’attendant guère a un résultat pouvant influencer quoique ce soir dans sa vie. Et pourtant… Lorsque que la jeune femme reçu son pourcentage de compatibilité elle douta. Birdy & Floyd : 97% . La peur, le chagrin, la colère. Joyeux mélange dans la tête de Birdy. Elle en avait assez. Assez de cette emprise que Floyd avait sur elle. Assez cette non réciprocité. Et ce test qui ne faisait qu’envenimer les choses. Ce test était résolument un tournant dans sa vie. Ainsi, elle fit un choix. ; crédit(s) → fan pop ;



your story→

Dans la vie, je n’avais jamais été une jeune fille patiente, pourquoi l’aurais-je été avant la vie ? Neuf mois d’incubation dans le ventre rebondi de ma génitrice semblaient pour mon petit cerveau embryonnaire bien trop long. Et mon petit cœur de fœtus se croyait capable de tout affronter, alors on y va, 8 mois c’était bien suffisant. Que de la gueule. N’en faire qu’à ma tête avait payé. J’étais bel et bien précoce en ce qui concernait mon arrivée au monde, mais pour le reste… La panique, la peur, la précipitation sans oublier un poumon foutu… Et toute une vie d’insuffisance respiratoire. Enjoy your life


« Mais qu’est-ce qu’il lui a pris ? » Des bribes d’une conversation à peine audible me parviennent par moment mais je ne parviens pas véritablement à en déchiffrer le sens. C’est le trou noir total. Mon corps est plongé dans les ténèbres et je sombre… Lentement, je me sens glisser dans l’ombre, mon esprit comme détaché de mon corps. Je ne peux cependant ignorer cette violente douleur qui me vrille la poitrine. J’ai mal, atrocement mal, mais rien n’y fais, la bouche reste close, et aucun mot ne semble vouloir franchir le seuil de mes lèvres. Alors je cesse de me battre et me laisse trainer dans ces abîmes. Je n’ai que de vagues souvenirs… Un lac, des amis, un défi stupide. Moi, plongeant la tête à première, et l’eau, épousant à la perfection la moindre courbe de mon corps. Et cette bouée… Puis plus rien… Je suis ballotée par les flots du néant. Quand soudain, une décharge électrique vient m’éveiller de ma torpeur. La douleur se fait plus intense. Je veux crier, mais là encore, je demeure bâillonnée par une force invisible. Nouvelle décharge. Plus forte cette fois-ci. Je sens mon corps se soulever pour retomber sol. En vain je ne peux toujours pas bouger. « Je vous en supplie encore une fois… ! » Les secondes s’égrènent au ralentit. Le courant électrique s’insinue à nouveau en moi et me soulève avec force. Je crie de toutes mes forces, de toute mon âme. Et enfin je crache ce qui semble vouloir me contraindre à rester muette. De l’eau. Beaucoup d’eau. Je crache, tousse, m’étouffe. De l’air! Je suffoque, mendiant une bouffée d’oxygène. Ma trachée me brule, les larmes roulent à vive allure sur mes joues et je continue de me battre pour respirer. Me battre… Je dois… me … battre ! Enfin de l’air gonfle mes poumons dans un sifflement sinistre.


« ’Pa, ’mman ? J’y vais, à ce soir ! » Je dévalais à toute vitesse les escaliers dans le but d’atteindre la porte d’entrée avant que mes parents n’aient le temps de répondre quoique ce soit qui aurait pu me faire retarder. Hélas, mon père avait anticipé avec brio mon manège et se postait déjà devant la porte d’entrée. Et merde… J’esquissais un petit sourire et tentais d’attraper la poignée, sans succès, mon père restait insensible à l’éclat de mes incisives… « Puis-je savoir où tu vas jeune fille ? » Je laissais échapper un soupir et posais mon sac à dos à mes pieds. J’avais une sainte horreur de ce genre d’interrogatoire… « Je vais rejoindre mes amis. » « Où ça ? » « J’en sais rien… On va peut-être trainer en ville… » Mon géniteur secoua la tête, un air désapprobateur peint sur le visage. Il n’était pas dupe. « A d’autres Birdy, mais pas à moi… Je vois les bretelles de ton maillot de bain dépasser de ton débardeur… » « Bon, ok, je vais au lac. Je peux y aller maintenant ? » « Birdy, mon ange, tu sais que je ne peux pas te laisser partir… » « Ya pas de mon ange qui tienne, je fais ce que je veux ! » « Birdy ! Combien de fois devra-t-on te le rappeler ta mère et moi ? Tu as failli te noyer il y a deux semaines de cela ! » Par reflexe je portais ma main a mon épaule gauche, témoin de mon accident, encore colorée de bleu et on ne peut plus douloureuse. Je soupirai derechef, agacée. « C’était rien, laisse moi y aller, je suis pas en sucre ! » Je vis mon père serrer des poings comme pour s’empêcher de me gifler. Cela ne lui ressemblait pas. « Non Birdy ! Non ce n’était pas rien ! Merde, tu as failli y rester. Combien de fois je vais devoir te le répéter, tu n’es pas comme tout le monde! Quand tes amis feront dix longueurs, toi tu finiras difficilement la quatrième. Quand n’importe quel gamin de ton âge pourra courir deux cent mètres à pleine vitesse pour rattraper son bus, toi tu t’essouffleras au bout de cinquante mètre. Quand marcher tout la journée ne représente pas une épreuve insurmontable pour la plupart des gens, cela en sera une pour toi. Tu ne comprends donc pas ? »C’était à mon tour de serrer les poings. L’agacement avait fait place à la rage. « C’est toi qui ne comprends pas papa ! Je ne suis pas une gamine j’ai 17ans ! Je suis une personne et non la pauvre petite chose fragile à laquelle tu ne cesse de me comparer ! Je ne suis pas une handicapée merde ! » Je laissais ma colère exploser et projetais du pied mon sac contre la porte d’entrée. J’allais remonter dans ma chambre quand mon père me rattrapa par le bras. « Ne sois pas si égoïste Birdy. Penses à nous. Penses à la peur qui s’introduit dans nos veines pour ne jamais nous lâcher depuis que tu es née. Nous t’aimons tellement. Nous ne voulons pas te perdre… Cesse donc d’être si égoïste. » au bord des larmes, furieuse, je me détachais de son emprise et envoyer valser sa main. Je n’étais pas aussi fragile qu’ils le pensaient ; j’en avais marre, tellement marre d’être surprotégée ! je voulais vivre comme bon me semblait. Je détestais ce corps qui m’entravait. J’avais le sentiment de ne pas être libre comme j’aurais souhaité l’être. De ne pas pouvoir tout contrôler. Et j’en voulais à la terre entière…


« Bon, j’ai enfin décidé. » Mes parents comprirent immédiatement le sens de ma phrase. Des mois qu’ils me tannaient sur mon orientation… Avec cette innocente petite phrase je faisais une croix sur toutes ces prises de tête destinées à me responsabiliser. Loin d’être une teigne je préférais tout de même m’amuser plutôt que de songer à mon avenir. C’était loin, ennuyeux, et tout sauf concret… Mais avec ma santé c’était le seul et unique point de discorde entre nous. « Je crois que j’aimerais devenir médecin … » Je vis un sourire se peindre sur le visage de mes deux parents et je me hâtais de nuancer ce tableau plus que prometteur « Légiste ! Médecin légiste. » Le repas se termina dans le silence, aucune objection, pas de félicitation non plus. Au moins une affaire de réglée.


« Pourquoi est-ce que tu ne me dis jamais rien sur tes voyages Voltaire? J’ai envie de savoir. Savoir ce que tu as parcouru, ce que tu as vu. » Je retenais la fin de ma phrase : « ce que tu as vécu »… Je la laissais en suspens dans ma tête, et elle sembla hanter le silence que Floyd venait s’installer en s’abstenant de répondre. J’accusais le coup sans un mot. J’avais beau me dire que j’avais l’habitude, chaque fois qu’il esquivait une de mes questions se résumait à ce qu’il cri haut et fort « tu ne représente rien pour moi. » C’est noté. Allongés côte à côte dans l’herbe d’un parc de Cambell River, je basculais ma tête vers lui. « Ne m’appelles pas comme ça. » Un mince sourire apparu sur mes lèvres. Je savais pertinemment que Floyd détestait son prénom. Et je ne l’utilisais que lorsque je voulais lui faire comprendre qu’il commençait à taper sur le système. A défaut de s’excuser, il devenait irritable (plus que d’habitude du moins…) et j’avais au moins le sentiment de ne plus être la seule à avoir envie de le cogner. Il n’ajouta rien, je m’y attendais. Je me redressais en essayant de cacher une nouvelle fois ma déception mais ne baissais pas pour autant les bras. « Pourquoi est-ce que je ne sais rien de toi? » Je l’agaçais. « Je n’ai rien à te raconter à propos de tout cela Birdy. » Un mur, je me heurtais encore et toujours à ce foutu mur ! Je lui lançais un regard noir et tentais de canaliser cette brulante envie de le secouer comme un prunier. Floyd arrivait toujours à me mettre dans tous mes états. « Alors quoi, on ne se connait pas depuis assez longtemps c’est ça ? Mais qu'est-ce qu'il te faut, merde! » lâchais-je douloureusement. Je regrettais déjà d’en avoir trop dis. C’état pareil à chaque fois. Je l’enviais lui et son indifférence pour tout et tous. Je mettais toute mon âme à essayer que ses propos ne m’atteignent pas, en vain. Je finissais toujours piquée à vif et je regrettais le nombre trop faible de fois où Floyd me permettais d’entrevoir cette facette de lui qu’il cachait au monde. « Arrêtes ça je te dis. » je détestais ca. Je détestais quand Floyd se permettais de me donner des ordres. Et j’avais tout sauf envie de m’arrêter. Pourquoi ? Pourquoi donc avait-il se pouvoir de me mettre hors de moi avec seulement une dizaine de mots ? Car s’il y a bien une chose qu’il fallait savoir sur lui c’était bien qu’il était avare de parole. Tout le contraire de moi, un moulin à parole incapable de gérer son impulsivité. « Arrêter quoi ? Tu te fous de moi depuis le début Floyd. Je suis quoi, une distraction de plus ? Quelqu’un pour t’aider à ne pas t’ennuyer ? Je dois même pas être la première à te le dire. Tu n’en as rien à faire de toute façon. De moi. De tout. Alors s’il y a bien une personne qui doit arrêter comme tu dis, c’est toi. » Je m’étais relevé dans ma colère, mais rien n’y fit, Floyd se cloitra dans son silence. Une réaction. Je voulais juste une réaction merde. Etait-ce trop demander ? J’avais l’impression de lu demander la lune. J’avais beau le provoquer, encore et encore, je n’avais pour seule réponse que sa perpétuelle nonchalance qui me donnait envie de le tuer. Pourquoi fallait-il toujours qu’il gâche tout ?... Comme d’habitude je préférais partir pour me calmer, je n’aimais pas perdre le contrôle, et je n’allais pas perdre mon temps à m’égosiller pour lui. Ca n’aurait rien changé… Je tournais les talons avec rage non sans lui avoir jeté le regard le plus noir que j’avais en stock. Pourquoi fallait-il toujours qu’il gâche tout ?


« Qu’est-ce que tu fous ? » Je sursautais. Prise de panique j’appuyais avec frénésie sur la touche retour de mon portable, lequel je fixais avec la plus grande attention cinq minutes auparavant. Mon cœur battait la chamade et j’avais peur que Floyd puisse l’entendre. Je me dépêchais de me redonner une contenance. « Rien, laisse tomber. »Je me dépêchais de ranger mon portable le plus au fond de mon sac possible. Mes gestes étaient sacadés et je ne parvenais pas à maitriser quelques tremblements. « Qu’est-ce que t’as ? » Je n’en revenais pas qu’il insiste. « Mais rien ! » Lui qui d’habitude se foutait royalement des autres avait choisis le jour où il ne fallait pas poser de question ! Dans un sens j’aurais du m’en douter. Mais il fallait que je sorte, que je prenne l’air. Je sautais sur mes jambes et me dirigeais vers la porte « Faut que j’y aille. » Il fallait à tout prix que je m’éloigne de lui et au plus vite. Sans ménagement je le poussais dehors et me hâtais de verrouiller la porte derrière moi. Sans un mot, ni même un regard je le laissais devant ma porte et prenais mes jambes à mon cou. Je ne lui laissai pas même le temps de me poser la moindre question, mais je n’étais pas certaine qu’il en aurait posé une. Une fois hors de son champ de vision, je me mis à courir. Vite, très vite. Encore plus vite. Ma vision se brouillait. Etaient-ce des larmes dues à la fraicheur de ce matin d’hiver, ou n’osais-je pas m’avouer que le chagrin s’était déjà emparé de moi. Et je courrais toujours plus vite. Malgré ma vision plus qu’altérée, je savais pertinemment où j’allais. Rien, pas le vent qui cinglait avec violence mon visage, pas mes jambes qui commençaient à fatiguer, pas mon souffle qui venait à me manquer, rien n’aurait pu m’arrêter. Quelques mètres encore. Le lac apparaissait enfin devant moi. Je marchais sur les pilotis jusqu’à ce que l’eau n’apparaisse devant moi. Là, j’attrapais mon portable et laissais tomber ma besace à terre. Je dérouillais l’appareil, et à nouveau s’affichait devant mes yeux ce pourcentage. Birdy & Floyd : 97% . Les larmes roulèrent de plus belle sur mes joues. Soudain, de toutes mes forces, je lançais mon portable dans le lac. Mon choix était fait.


« Tu es bien sure de toi ma puce ? » « Mais oui papa ! Et l’université de Yellowknife est tout aussi réputée qu’ici, plus même ! » J’esquissais un faible sourire avant de prendre mes parents dans mes bras. Un dernier baiser à chacun, et j’attrapais mon sac de voyage. Le reste de mes affaires arriverait dans la semaine. Un dernier signe de la main et je pénétrais dans le wagon du train qui me conduirait à Yellowknife. Une fois installée, les yeux rivés sur le paysage défilant à vive allure je ne pouvais m’empêcher de penser à lui… Partir. Tout abandonner, ma maison, mes parents, mes amis, ma vie… Mais surtout lui. Mes yeux dévièrent sur mon poignet droit. Mon tatouage ne renforçait que davantage cette mélancolie qui m’habitait depuis que j’avais décidé de prendre le large. J’étais partie comme une voleuse sans prévenir quiconque. J’allais commencer une nouvelle vie. Une vie sans lui. Et il n’y avait rien d’autre à ajouter. Je tirai avec ardeur sur ma manche afin de couvrir mon poignet droit et me reconcentrais sur le paysage. Forte ou lâche ?


Spoiler:
 


Dernière édition par Birdy A. Dickens le Sam 19 Mai - 3:30, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Ven 18 Mai - 22:11


Merci encore d'avoir choisi ce scénario ♥️ je te dis quand même bienvenue haha, et bon courage (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Ven 18 Mai - 22:20

Merci pour ton accueil super chaleureux j'espère ne pas te décevoir I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Ven 18 Mai - 23:50

PALMER
bienvenue sur le forum et bonne chance pour la suite de ta fiche (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Ven 18 Mai - 23:55

Merci beaucoup I love you
Je ne connaissais pas du tout florrie arnold mais elle est superbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Sam 19 Mai - 0:00

PALMER est toute aussi superbe, une beauté qui peut vraiment avoir toutes les personnalités -comme je les aime-

Merci Embarassed
elle est malheureusement trop rare sur les forums !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Sam 19 Mai - 3:33

C'est vrai que Teresa peut aller avec beaucoup de personnalité (:
Et maintenant que tu me montre la vidéo... MAIS OUIIIIIIIIIIIIIIII

EDIT
:
Je pense avoir terminé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Sam 19 Mai - 3:33

J'aime ta fiche, c'est exactement l'idée que je me faisais de Birdy et tu décris très bien son histoire Tout me va, vraiment ♥️ Plus qu'à être validée maintenant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Sam 19 Mai - 3:35

En je suis vraiment trop contente que ca te plaise j'ai hâte de rp avec toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


CRUELadmin
EATATEEATEN


pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Sam 19 Mai - 23:46

Si c'est tout bon, alors, je valide ! Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yourematch.brulant.net
avatar




pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Sam 19 Mai - 23:58

A toi de me dire si c'est tout bon
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


CRUELadmin
EATATEEATEN


pushME
blocknote:

MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   Dim 20 Mai - 7:22

Puis, j'adore ton avatar ! Il est sublime !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yourematch.brulant.net

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »   

Revenir en haut Aller en bas
 

ϟ b.a.d. « est-ce l'amour qui rend idiot, ou n'y-a-t-il que les crétins pour tomber amoureux...? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
you're match :: index :: « Like when you said you felt so happy you could die » :: → Ils ont franchi le cap'-